Météo corbeil-essonnoise

Copyright (C) 2018 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

www.corbeil-infos.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui sont destinés à vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir + 

 

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens Corbeil infos

Une autre vision de l’actualité des communes de Corbeil-Essonnes, Evry et environs

Découvrez l’actu locale

en photos

 

Découvrez Corbeil infos

TV

 

Témoin d’un événement ?  redaction@corbeil-infos.fr

 

Associations, commerçants, artisans, faites-vous connaître en soutenant

le site Corbeil infos...  

A la Une

Société

Social

Economie

Politique

Faits divers

Loisirs/Sport

Histoire

Accueil

 

 

 

 

En savoir +

Corbeil-infos : Bernard Gaudin, journaliste et photographe.

 

Je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Hôpital Sud Francilien :
En souffrance, la psychiatrie tire le signal d’alarme

Social

www.corbeil-infos.fr

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Le mardi 9 janvier 2018, au Centre Hospitalier Sud Francilien (CHSF), se tiendra, à partir de 9 heures, un Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) extraordinaire concernant les services  de psychiatrie intra et extra hospitaliers. A cette occasion, les personnels soignants et administratifs, les médecins directement concernés se mobiliseront pour dénoncer « la dégradation des conditions de travail, la souffrance des personnels, le manque de moyens, les mesures d’économie qui les frappent, la maltraitance des patients qui ne peuvent plus être pris en charge dans de bonnes conditions et la multiplication des agressions à l’encontre des personnels en psychiatrie ». Du côté des effectifs, les agents et médecins déplorent une pénurie de psychiatres, sachant qu’au CHSF, il en manquerait 11,5 sur les 38,4 postes autorisés par l’Agence Régionale de Santé (ARS).

 

Déjà une lettre ouverte en octobre 2017

 

Dans une lettre ouverte adressée en octobre 2017 au directeur du Centre Hospitalier Sud Francilien, médecins, infirmiers, psychologues, secrétaires, assistantes sociales, aides soignants du pôle de psychiatrie déploraient déjà « la situation catastrophique » qu’ils vivent depuis plusieurs mois « Malgré nos efforts, le cruel manque de personnel met aujourd’hui en danger la vie des patients, soignants et de nos concitoyens. Vos équipes sont épuisées et en sous-effectif, les patients sont en souffrance. Nous ne sommes plus en mesure de maintenir la continuité des soins ainsi que notre sécurité à tous. La mission de service public qui incombe à notre pôle de psychiatrie n’est plus assurée », stipulait notamment la missive. « Des dizaines de patients en souffrance psychique ne peuvent recevoir les soins qui leur sont dus, faute de personnel. De même, des patients ayant fait l’objet de procédures judiciaires dans le cadre de soins pénalement ordonnés sont aujourd’hui dans la nature, livrés à eux-mêmes, sans aucun contrôle médical, là encore faute de personnel », déplorait-on.

 

Bernard Gaudin - 6 janvier 2018   

 

 

Au cours d’un Comité d'Hygiène et des Conditions de Travail extraordinaire convoqué le 9 janvier au CHSF, il sera question de la situation des services de psychiatrie intra et extra hospitaliers. Pour les personnels, il s’agit de dénoncer les conditions de travail et le manque d’effectifs.

Réagissez sur Facebook

social-corbeil
Hôpital Sud Francilien : Selon les personnels des services de psychiatrie, leur situation et celle des patients serait aujourd'hui catastrophique.

 

 

Un préavis de grève aux blocs opératoires d’Orsay et de Longjumeau

 

Suite à un préavis déposé par les syndicats Sud Santé Sociaux 91 et CGT, les personnels soignants des blocs opératoires des hôpitaux d’Orsay et de Longjumeau ont décidé de se mettre en grève à compter du lundi 8 janvier 2018. Tous tiennent à dénoncer des dysfonctionnements graves qui seraient générés par la modification des horaires de travail des agents concernés. « La direction désire se mettre en conformité avec la loi, tout en outrepassant ses obligations et les droits du personnel », constatent les syndicalistes. « Malgré ses obligations, le chef d’établissement refuse de consulter le Comité Technique d’Etablissement (CTE) et le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions Travail (CHSCT) pour la modification de notre amplitude horaire et la dégradation de nos conditions de travail », regrette-t-on.

 

BG - 6 janvier 2018

 

 

-