Météo corbeil-essonnoise

Copyright (C) 2017 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

www.corbeil-infos.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui sont destinés à vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir + 

 

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens Corbeil infos

 

Je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Une autre vision de l’actualité des communes de Corbeil-Essonnes, Evry et environs

Découvrez l’actu locale

en photos

 

Découvrez Corbeil infos

TV

 

Témoin d’un événement ?  redaction@corbeil-infos.fr

 

Associations, commerçants, artisans, faites-vous connaître en soutenant

le site Corbeil infos...  

A la Une

Société

Social

Economie

Politique

Faits divers

Loisirs/Sport

Histoire

Accueil

 

 

 

 

En savoir +

Essonne :
Privé d’investiture, Serge Dassault a fait ses adieux au Sénat
www.corbeil-infos.fr

Politique

Sénateur de l’Essonne depuis 2004, Serge Dassault a décidé de ne pas se représenter en septembre prochain. Le 24 juillet dernier, l’ex-maire de Corbeil-Essonnes qui est encore conseiller départemental s’est exprimé pour la dernière fois devant les parlementaires du Sénat.   

Faute d’investiture, Serge Dassault (LR), doyen de la Haute Assemblée, ne se présentera pas aux sénatoriales du 24 septembre 2017 dans l’Essonne. Sénateur depuis 2004, l’ex-maire de Corbeil-Essonnes âgé aujourd’hui de 92 ans n’est pas parvenu à obtenir le soutien politique nécessaire. « On ne savait pas si Serge Dassault souhaitait se représenter ou non et nous avons donc choisi Jean-Raymond Hugonet (LR), maire de Limours, président de l’Union des Maires de l’Essonne », explique Jean-François Lamour, président de la commission d’investiture du parti « Les Républicains ». Le sénateur sortant a alors tenté d’intégrer le mouvement « La République en Marche ! » pour conserver son siège. Jean-Paul Delavoye, président de la commission d’investiture de LREM, n’a pas tardé à refuser la proposition en considérant que a candidature « ne correspondait pas aux critères » du mouvement lié à Emmanuel Macron. Il faut rappeler que Serge Dassault a été condamné, en février dernier, à cinq ans d’inéligibilité, ainsi qu’à une amende de deux millions d’euros pour « blanchiment de fraude fiscale » et « omission de déclaration de patrimoine par un parlementaire ». Même si l’industriel a fait appel de la décision de justice, les directives de LREM sont claires. « Pour se présenter au Parlement, un candidat doit posséder un casier judiciaire vierge et ne jamais avoir été condamné à une peine d’inéligibilité », fait-on savoir.  

 

« Je m’exprime à regret pour la dernière fois dans cet hémicycle ! »

 

Le lundi 24 juillet 2017, Serge Dassault est intervenu pour la dernière fois de sa carrière politique au Sénat. C’est à l’occasion d’une discussion sur le renforcement du dialogue social que le sénateur de l’Essonne s’est exprimé. « Avant d’être sénateur, j’ai dû, en tant que président de Dassault Aviation, gérer plusieurs conflits sociaux. Je l’ai constaté, le dialogue social ne doit pas être réservé aux syndicats car les syndicats, sous prétexte de défendre les salariés, ne se préoccupent jamais de l’avenir des entreprises », a-t-il notamment déclaré. « Le point clé pour réduire le chômage est la flexibilité de l’emploi et non les emplois aidés qui coûtent des milliards pour rien », a-t-il indiqué avant de lancer une mise en garde. « Attention aux manifestations de rue et de désordre, madame la ministre. Il faut expliquer aux gens, et surtout aux jeunes, que rien n’est éternel comme la vie, la santé, les mandats électoraux, l’emploi même, si ce n’est pour les fonctionnaires », a suggéré Serge Dassault avant ‘évoquer les vertus de la participation. « C’est le partage à égalité des bénéfices entre le capital et le travail dont rêvait le général de Gaulle », a-t-il expliqué. Le sénateur de l’Essonne a souhaité ensuite adresser un message aux parlementaires présents. « Je m’exprime à regret pour la dernière fois dans cet hémicycle », a-t-il confirmé. « Faites taire les divisions entre la Gauche et la Droite, elles ne mènent à rien », a-t-il ajouté. « Il n’y a ni peuple de Gauche, ni peuple de Droite, il y a un peuple de France qui travaille », a-t-il souligné en considérant que « le président de la République a eu raison de rejeter ces distinctions ». Désormais, Serge Dassault n’a plus que le Conseil Départemental de l’Essonne pour intervenir politiquement parlant, un mandat qu’il a récupéré en septembre 2015, après la démission de Jean-Pierre Bechter (LR) dont il était le suppléant.   

 

Bernard Gaudin - 28 juillet 2017  

politique-corbeil

Réagissez sur Facebook

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Essonne : Serge Dassault abandonne son siège de sénateur avec regret.

Photo : Public Sénat