Météo corbeil-essonnoise

Copyright (C) 2018 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

www.corbeil-infos.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui sont destinés à vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir + 

 

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens Corbeil infos

Une autre vision de l’actualité des communes de Corbeil-Essonnes, Evry et environs

Découvrez l’actu locale

en photos

 

Découvrez Corbeil infos

TV

 

Témoin d’un événement ?  redaction@corbeil-infos.fr

 

Associations, commerçants, artisans, faites-vous connaître en soutenant

le site Corbeil infos...  

A la Une

Société

Social

Economie

Politique

Faits divers

Loisirs/Sport

Histoire

Accueil

 

 

 

 

En savoir +

Corbeil-infos : Bernard Gaudin, journaliste et photographe.

 

Je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Essonne :
Malgré les difficultés,
les cirques familiaux
veulent pouvoir travailler

Loisirs divers

www.corbeil-infos.fr

Confrontés à divers obstacles, les cirques familiaux veulent malgré tout travailler pour perpétuer une activité ancestrale. Absence de lieux d’implantations adaptés, rejet des municipalités et actions des animalistes sont autant de difficultés souvent rencontrées par ces entreprises.

 

Souvent contestés, les cirques familiaux qui seraient au nombre de 250 en France éprouvent de réelles difficultés à effectuer leurs tournées. Absence de lieux d’implantations adaptés, rejet des municipalités, actions parfois musclées des animalistes ; les difficultés sont légion pour une profession qui attire malgré tout son public. Jusqu’au dimanche 29 avril 2018, le cirque de Rome est installé à Corbeil-Essonnes, sur le parking du parc de Robinson. C’est la première fois depuis dix ans qu’une telle entreprise est autorisée à planter son chapiteau sur le territoire communal. « Les problèmes que rencontrent les cirques ne datent pas d’aujourd’hui », nous a confié Solovich Dumas, directeur du cirque de Rome, porte-parole de l’association de défense des cirques de famille de France, membre de la commission interministérielle sur les cirques et le fêtes foraines auprès du ministère de l’Intérieur. « Les espaces publics disparaissent avec les aménagements urbains », déplore-t-il en rappelant qu’avant, il y avait des champs de foire partout pour accueillir de telles activités. « Il ne faut pas oublier qu’un cirque ou une fête foraine apporte de l’animation dans les villes », fait-il savoir en précisant que ce type d’implantation qui fait travailler le commerce local ne coûte rien à la commune qui perçoit le plus souvent une redevance dans le cadre de l’occupation du domaine public. Animé par 25 personnes, le cirque de Rome est une entreprise familiale qui perdure depuis 1857. « Trois générations avec des personnes âgées de 2 à 83 ans vivent dans cet établissement », souligne Solovich Dumas qui indique que tous font ou feront un jour du cirque. « Notre activité regroupe une quarantaine de métiers », explique-t-il en évoquant diverses professions comme chauffeur, monteur, mécanicien, soudeur, dompteur, acrobate, jongleur, clown et musicien. « C’est un travail dur qui implique de ne pas compter les heures ! ».

« Un cahier des charges très strict à respecter ! » 

 

Régulièrement, les cirques familiaux doivent faire face aux actions des animalistes qui militent contre la présence d’animaux dans ce genre de spectacle. « Détenir un animal, est-ce de la maltraitance », questionne Solovich Dumas. « Dans les cirques comme dans tous les corps de métier, il y a des bons et des mauvais », estime-t-il en considérant qu’il ne faut pas généraliser certains abus. « La France dispose de la réglementation la mieux adaptée d’Europe », rappelle-t-il en citant le certificat de capacité mis en place depuis 1970 et un cahier des charges très strict à respecter. « Pour détenir des animaux sauvages, il faut être formé », insiste-t-il en confirmant que des efforts importants ont été exigés par l’Etat en 2011 avec l’agrandissement des parcs et des cages abritant les animaux captifs. Quant à ceux qui défendent un cirque sans animaux, Solovich Dumas pense qu’ils ne sont pas réalistes. « Toutes les entreprises allant dans ce sens ont échoué », témoigne-t-il en étant convaincu que le cirque vivant à encore de beau jours devant lui.  

 

Bernard Gaudin - 25 avril 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

loisirs-corbeil
Corbeil-Essonnes : L'intérieur du cirque Rome qui peut accueillir jusqu'à 600 spectateurs.
Corbeil-Essonnes : Solovich Dumas, directeur du cirque de Rome, porte-parole de l’association de défense des cirques de famille de France.

Réagissez sur Facebook

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Corbeil-Essonnes : Le cirque de Rome est installé sur le parking du parc de Robinson jusqu'au 29 avril 2018.