Météo corbeil-essonnoise

Copyright (C) 2017 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

www.corbeil-infos.fr

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui sont destinés à vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir + 

 

 

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens Corbeil infos

Une autre vision de l’actualité des communes de Corbeil-Essonnes, Evry et environs

Découvrez l’actu locale

en photos

 

Découvrez Corbeil infos

TV

 

Témoin d’un événement ?  redaction@corbeil-infos.fr

 

Associations, commerçants, artisans, faites-vous connaître en soutenant

le site Corbeil infos...  

A la Une

Société

Social

Economie

Politique

Faits divers

Loisirs/Sport

Histoire

Accueil

 

 

 

 

En savoir +

Corbeil-infos : Bernard Gaudin, journaliste et photographe.

 

Je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Corbeil-Essonnes :
Le conseil municipal autorise Serge Dassault à conserver son bureau en mairie

Politique

www.corbeil-infos.fr

Conseiller départemental, Serge Dassault (LR) peut continuer à disposer d’un bureau en mairie de Corbeil-Essonnes. C’est au cours du conseil municipal du 13 novembre 2017 que les élus locaux, sauf ceux de Gauche qui se sont abstenus, ont validé le loyer mensuel fixé à 3.200 euros.

 

Epinglé le matin même au Conseil Départemental par les élus de Gauche et les Ecologistes qui demandent sa démission de la présidence de la Commission des Finances après sa mise en cause dans le cadre des « Paradise papers », Serge Dassault (LR) a été autorisé, le 13 novembre 2017, à conserver le bureau qu’il occupe à la mairie de Corbeil-Essonnes. C’est au cours du conseil municipal qui s’est tenu en début de soirée que les élus locaux, sauf ceux de Gauche qui se sont abstenus, ont approuvé le montant de la redevance mensuelle de 3.200 euros que doit payer le conseiller départemental pour occuper l’espace mis à sa disposition. Il faut rappeler que Serge Dassault loue un bureau à la mairie depuis novembre 2009, après avoir perdu son écharpe de maire suite à l’annulation des élections municipales de 2008. C’est en tant que sénateur que l’industriel avait alors reçu l’autorisation, au cours du conseil municipal du 23 novembre 2009, d’occuper l’une des pièces de l’hôtel de ville moyennant un loyer mensuel de 1.500 euros.     

« Pourquoi pas 32.000 euros ? »

 

Conseiller municipal d’opposition, Bruno Piriou (PCF) s’est réjoui de l’attachement du conseiller départemental à la commune. « Pour une fois qu’il a l’occasion de donner de l’argent légalement à Corbeil-Essonnes, j’estime que 3.200 euros ce n’est pas beaucoup », a-t-il déclaré en prenant la parole. « Comme c’est dans le cadre de la loi, il ne risque rien. Et compte-tenu que le gouvernement vient de l’exonérer de plusieurs impôts, est-ce que ce n’est pas l’occasion de faire preuve d’un peu de justice et de récupérer un peu plus d’argent qui servirait dans le budget communal », a-t-il suggéré. « Pourquoi 3.200 euros et pourquoi pas 32.000 euros », a questionné Bruno Piriou en estimant que « cela ne représente pas grand chose pour lui ». De son côté, Jérôme Brézillon (PS) a dénoncé une exception. « Quand nous, élus de l'opposition, avons un bureau attribué gratuitement pour recevoir du public, pourquoi n'en est-il pas de même pour Serge Dassault », regrette-t-il. « Monsieur Dassault peut payer », lui a répondu tout simplement Jean-Pierre Bechter.        

 

Bernard Gaudin - 15 novembre 2017

 

 

   

politique-corbeil
Corbeil-Essonnes : La séance du conseil municipal a débuté par une minute de silence destinée à saluer la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015.
Crbeil-Essonnes : Bruno Piriou estime que 3.200 euros, ce n'est pas beaucoup.

Réagissez sur Facebook

Pour une information

libre et indépendante,

je soutiens

Corbeil infos

2 €, 5 €, 10 €, plus...

Corbeil-Essonnes : Serge Dassault peut conserver son bureau en mairie moyennant un loyer mensuel fixé à 3.200 euros.