Liens utiles
Email : redaction@corbeil-infos.fr

Météo corbeil-essonnoise
Corbeil infos, Corbeil-Essonnes, Evry, actualités et informations locales 91
societe-corbeil
social-corbeil
economie-corbeil
politique-corbeil
faits-divers-corbeil
loisirs-corbeil
sport-corbeil
accueil-corbeil

Copyright (C) 2014 - www.corbeil-infos.fr - Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

www.corbeil-infos.fr
Une autre vision de l’actualité des communes de Corbeil-Essonnes, Evry et environs
Corbeil-infos rétro :
La Seine transformée en banquise en 1956

Société

www.corbeil-infos.fr

Du 31 janvier au 28 février 1956, la France a connu une vague de froid exceptionnelle. A Corbeil-Essonnes, la Seine fut transformée en banquise avec une épaisseur de glace dépassant les 2 mètres. Côté températures, en région parisienne, le thermomètre affichait –20° le 1er février 1956.

 

Avec celui de 1963, l’hiver de l’année 1956 restera comme l’un des plus froids du XXème siècle. Dès le 31 janvier, des conditions hivernales extrêmes firent leur apparition dans la région Est de la France avant de s’étendre, au fil des jours, à l’ensemble du pays. Le 1er février 1956, le thermomètre avoisinait les -20° en région parisienne, sachant que la moyenne mensuelle s’établira à -4,2° à Paris, ce qui correspond à la normale d’un mois de février à Oslo (Norvège). Le 11 février 1956, en Ile-de-France, la situation s’aggrava encore avec l’arrivée d’un torrent glacé sur la Seine. « La ruée des glaces fut terrible », relatait l'hebdomadaire « France Dimanche » dans son édition datée 24 février 1956. « En quelques minutes, la Seine se souleva littéralement. La banquise se jeta à l'assaut des péniches, les bouscula et les jeta sur les quais. Avec une effrayante majesté elle poursuivit sa route ! »     

Bernard Gaudin

16 février 2013

Retour....
Réagissez sur Facebook !.

Des conséquences dramatiques

 

A Corbeil-Essonnes, le spectacle de cette Seine gelée envahie par une véritable banquise fut l’occasion pour la population locale de traverser le fleuve à pied. Cependant, les conséquences de cet épisode hivernal particulièrement long et marqué par un froid vigoureux furent autrement dramatiques. Il s’agissait, en effet, de faire face à des canalisations d’eau inutilisables, à des terres incultivables, à des récoltes anéanties, sans compter un approvisionnement plus que ralenti marqué par des prix prohibitifs. Le 18 février 1956, la France dénombrait déjà 147 victimes emportées par le froid. En trois semaines, le gel a détruit le douzième du revenu total des Français en un an.

Corbeil-Essonnes : Les Corbeil-Essonnois pouvaient évoluer sur une couche de glace estimée à près de 2 mètres.

Photo : Papidan

Corbeil-Essonnes : Une vue surprenante de la Seine en février 1956.

Photo : Papidan

Corbeil-Essonnes : L'intense vague de froid de 1956 a duré près d'un mois.

Photo : Papidan